45px

Maintenir l'autorité parentale à l'adolescence 

45px

À l’adolescence, la pensée critique est davantage formée. Les jeunes souhaitent connaître le raisonnement sous-jacent aux règles mises en place et elles doivent leur sembler cohérentes. L’autorité parentale doit donc s’exercer sous une autre forme ; le parent accompagne plus qu’il ne dirige. Demandez-leur ce qu’ils en pensent afin de comprendre leur position et ainsi les aider à développer leur jugement et leur maturité.

L’apprentissage de la liberté s’effectue progressivement. Pris de court à la suite d’une requête de votre adolescent, accordez-vous un temps de réflexion. Ce dernier sentira que vous vous préoccupez de son bien-être, même s’il ne l’exprime pas. Vous trouverez difficile de faire marche arrière si vous donnez trop latitude trop tôt.

Communiquer avec votre enfant nécessite des messages courts, concrets et précis. Ne vous éternisez pas sur les consignes et si le consensus devient impossible, c’est à vous de trancher.

Quand vous croyez que vous devez sévir, choisissez des conséquences logiques, en lien avec les actions posées. Par exemple, s’il dépasse le temps d’écran alloué, ce temps pourrait lui être refusé lors de la prochaine période prévue. Un geste de réparation ou un retrait de privilège pourraient être d’autres options.

Demeurez « coach » de vos adolescents et évoluez avec eux. En les encadrant ainsi, vous contribuerez à l’amélioration de leur autonomie.

45px
45px