45px

La première peine d'amour... que faire ? 

45px

C’est normal d’éprouver de l’impuissance lorsque l’incapacité d’amoindrir la souffrance de nos enfants nous habite. La première rupture d’un jeune propulse les parents en terrain inconnu. Trouver un moyen de l’aider sans se montrer intrusif représente souvent un défi.

Les séparations sont toujours douloureuses. L’adolescent réalise que l’amour peut faire mal et qu’il nous rend vulnérables. Malheureusement, cette expérience très personnelle reste inévitable. Respectez son intimité, mais tenez-vous disponible en vous abstenant de vous imposer.

Favorisez une attitude empathique plutôt qu’une conduite protectionniste qui renforcerait l’idée que vous ne le comprenez pas. Demeurez présent, offrez une oreille attentive et un discours basé sur l’ouverture. Surtout, attendez qu’il soit réceptif pour partager vos impressions. Évidemment, n’employez pas des clichés tels « un de perdu, dix de retrouvés ».

L’histoire d’amour de votre enfant lui appartient. Vous devez garder confiance : il s’en sortira ! Cependant, restez à l’affût de possibles symptômes de dépression advenant que son état perdure. Inutile de raconter vos propres échecs romantiques, pour lui démontrer qu’il va s’en tirer, d’autant plus que, pour lui, sa première peine diffère de la vôtre. Attendez qu’il vienne vous en parler. Vous devrez alors accueillir toute cette charge émotive. Bref, pendant le temps qu’il surmonte son chagrin, restez à l’écoute prêt à le réconforter.

Visionnez aussi:
La communication avec les adolescents

Préserver le lien avec son adolescent

 

45px
45px