45px

Aider mon enfant à surmonter ses peurs 

45px

Les peurs sont courantes tout au long du processus de développement des enfants (crainte de l’eau, des monstres, des animaux). Pour eux, leurs fabulations et la réalité ne font souvent qu’un. Certains jeunes vivent plus d’insécurité que d’autres et deviennent plus angoissés ou anxieux.

La peur du noir apparaît vers l’âge de deux ans puisque leur imaginaire en pleine effervescence amplifie cet état. Alors que votre tout petit dormait très bien, la porte fermée, le voilà maintenant qui hurle et pleure en pleine nuit et vous appelle. Il se rend compte qu’il est seul, dans l’obscurité. Il se sent menacé. Il croit que les monstres et les fantômes habitent sa chambre. Sa pensée logique n’étant pas suffisamment développée, il confond ses fantaisies et le monde concret.

Comment épauler votre enfant à vaincre ses frayeurs ?

Dans un premier temps, souvenez-vous que sa peur existe réellement pour lui et qu’il a besoin d’être réconforté : prenez-le dans vos bras, donnez-lui des câlins et parlez-lui doucement. Dites-lui que vous savez qu’il est inquiet et que vous le protégez.

Échangez avec lui sur ses craintes et aidez-le à les contrôler. Par exemple, on peut s’adresser à son monde fantaisiste en récitant une formule magique avec une baguette ou une épée de chevalier qui éloignera les monstres. Félicitez-le lorsqu’il réussit à affronter ses frayeurs ou à y faire face petit à petit, sans nécessairement les avoir complètement combattues. Soulignez les petites victoires, cela l’encouragera à continuer. Chaque étape est importante et vous devez le lui rappeler.

Peut-on surmonter les peurs par le jeu ?

Utilisez des marionnettes, des toutous, des livres, des histoires inventées, le dessin pour aider votre enfant à s’exprimer sur ce qui l’effraie. Ces moyens lui permettent de dédramatiser l’objet de sa crainte et ainsi le rendre moins terrifiant. Adonnez-vous à des jeux de rôles. Par exemple, faites semblant d’être affolé et demandez-lui de vous rassurer : cela vous en dira un peu plus sur la façon dont il souhaite être apaisé.

Les parents doivent faire preuve de compréhension et de patience et ne jamais hésiter à réconforter leurs enfants qui en ont besoin. La majorité des peurs sont normales et lorsque les jeunes réussissent à les surmonter, ils développent un plus grand sentiment de sécurité.

 

 

45px
45px